Mon Histoire

Mon Histoire.

Je suis née dans une famille nombreuse, on était 5 enfants, moi je suis la dernière.

En ce qui concerne ma position dans ma famille, j’arrives après 6 ans donc disons que j’ai pris la place de la dernière.

Le groupe était déjà composé c’est à dire mon frère ainé et mes 3 soeurs. Il y en a meme deux qui ont seuleuement 11 mois de différences.

Disons que j’ai cassé l’ambience. Mais parait il j’étais quand meme la bienvenue.

J’ai vraiment vécu des moments chaleureux dans ma famille comme les samedis soirs, tous ensemble devant la télèvision ou bien les Noels. Ceci est une chose que j’ai toujours recherché dans les groupes que j’ai rencontrés ou bien que j’ai formé moi meme dans ma vie professionelle ou personelle.

Mais ce que tu vies en famille , quand tu es jeune avec un frère ou une soeur, est difficilement répètable. Je l’ai appris bien après.

Comment je suis arrivée en italie?

Quand j’avais 18 ans, je me suis informée pour aller en Australie. Mais j’ai abandonné mes recherches aprce que je na’vais les qualités professionelles et je n’avais pas d’argent. Il y a 38 ans de ça et tout était si différent à l’époque.

J’avais donc une bonne relation avec l’assistante d’Italien au lycée. Elle venait une fois par semaine parler en Italien dans ma classe. J’ai fais amitié avec elle. Et un jour , elle m’a demandé si je voulais accompagné une groupe de jeune fille française en Calabre pendant l’étè. Et j’ai accepté.

Après cette expérience je devais aller à Rome comme fille au pair. Mais j’ai rencontré l’homme qui serait devenu mon mari pour quelques années. Je pensais que cela allait me simplifier la vie, mais au contraire cela me l’a compliqué.

Ma vie en Calabre.

Très simplement, je vais dire qu’au bout de 3 mois j’avais compris que j’avais fais une betise mais l’orgueil m’empechait de rentrer en France. Et peut etre pas seuleument l’orgueil. Je n’ai jamais pensé de retourner en France. Je suis partie de la France pour entreprendre le voyage de ma vie. En France j’y retournerais régulièrement pour aller voir mes parents et ma famille. Cela faisait parti du voyage de ma vie.

Pourquoi une betise? Simplement parce que la mentalité en Calabre était exactement celle de mon père! J’avais 20 ans et j’avais dèjà compris beaucoup de choses de la vie.

Mais je n’ai pas abandonné mon projet. Avec mon ex mari, nous sommes devenus les représentants d’une entreprise française cosmétique, les plus importants en Calabre. C’était vraiment un grand succés. On facturait 200.000,00  lire par an à l’époque et pour la région c’était vraiment beaucoup .

Moi j’avais mon Institut de Beauté et mon Ecole d’esthéticienne très quotés et recherchés pour la qualité professionelle que j’offrais.

J’avais 20 ans, je me suis inventée vraiment la vie depuis toujours parce que oui, je n’étais pas esthéticienne diplomée à l’époque mais j’avais ça dans le sang : LA PROFESSIONALITE , LA PREPARATION ET L’ENSEIGNEMENT.

A BOLOGNE :

Je suis arrivée le jour de mon anniversaire à Bologne au Nord de l’Italie.

J’ai vraiment choisi cette ville. Je l’ai aimé dès la première fois que je l’ai vue, ces arcades, les gens vifs et joyeux. Bien différents des caractères des Calabrais.

J’ai recomencé à partir de zero en faisant un travail que je ne connaissais pas: » agent de commerce ». Je faisais le meme travail que mon ex mari avec la meme entreprise française. Le problème est que le marché avait étè gaché par le manque de professionalité des ex agents de commerce. Quand c’est comme ça c’est encore plus difficile de reprendre une zone.

Tout ça je ne le savais pas, je l’ai apris sur le champ. J’avais 28 ans.

Je fais le cours à la Chambre de Commerce et je me souviens de Monsieur Catalbiano, le Président de la Chambre de Commerce de Bologne , qui se foutait de moi parce que je faisais des démonstrations pour vendre. Je ne savais pas vendre en étant encore esthéticienne dans l’ame.

Je faisais partie de la classe des Licenciés parce que j’avais mon bac .

Et vous savez quoi ? Aux examens je suis arrivée la première et le prof de Marketing a dit à un des élèves qui se plaignait de son vote “ demandes à Béatrice comment elle à fait! »:

J’ai oublié de vous dire (un peu expres) que mes élèves de l’école d’esthéticienne sont encore les meilleurs préparés après 20 ans.

Quand j’ai commencé mon activité à Bologne , je ne connaissais pas les routes, je ne connaissais pas le métier et je n’avais pas d’amis et surtout je venais de laisser l’amour de ma vie, qui n’était pas mon ex mari, bien sur.

J’ai passé vraiment des moments très difficiles parce que vendre à l’époque pour moi n’était pas facile, je ne savais pas le faire dans ce sens là c’est à dire aller chez le client. Quand j’étais esthéticienne les clients venaient chez moi.

J’ai suivi une association à l’époque qui proposait des cours de développement personel et de l’activité comme du yoga.

Cette association était assez violente dans certains cours, c’était à l’époque une méthode américaine qui avait beaucoup de succés en Italie surtout dans ma région. Ils faisaient beaucouop d’abus et de moobing à l’époque toutes des choses qui n’étaient pas encore reconuue. Heureuseument tout change.

J’ai fait beaucoup de cours sur moi meme pendant longtemps d’une façon très pratique et énormement de yoga.

J’ai laissé les démonstrations pour m’améliorer toujours dans la vente et pour devenir la meilleure vendeuse en italie de cette entreprise.

D’ailleurs quand j’ai quitté l’entreprise mon chef ne me croyait pas.

Il avait tord parce que pour moi je savais que c’était fini. J’avais complètement perdu l’enthousiasme pour les ventes et surtout je voulais laisser ma carrière dans le meilleur moment de mon chiffre d’affaire. Et j’ai bien fait.

J’ai donc repris mes études pendant 2 ans et j’ai entrepris la Médecine Esogètique de Peter Mandel et au bout de 2 ans j’ai ouvert mon studio à Bologne.

J’ai eu un succès énorme, j’ai vraiment aider et accompagné beaucoup de gens.

Mais après 5 ans d’activité, j’ètais fatiguée et je ne savais pas pourquoi.

J’ai donc fermé mon studio parce que j’étais pleines de peurs, peur de l’avenir, peur de la faillite, peur des responsabilités.

Je ne comprenais pas du tout ce qui se passait.

Complètement perdue!

Pendant 3 ans j’ai navigué dans le nul.

Je me suis achetée un appartement et je me suis installée chez moi. Je pensais “voilà ça c’est la solution à mon problème, je vais me tranquilliser, je n’ai plus de loyer à payer et c’est ok”. Et bien non les angoisses augmentaient encore plus. Je ne savais vraiment plus quoi faire.

A propos j’ai fermé mon studio le jour meme de la mort de mon père, bien sur je le savais pas.

J’ai continué des formations très chères et j’ai pris des séances de coaching.

Et dans une séance elle me demande”c’est quoi qui te fait vibrer?”. Et là le vide, rien plus me faisait vibrer. Ouah! C’est terrible quand tu t’aperçois de ça. Je faisais un burn out mais je n’étais pas consciente. Alors je réponds “voyager, partir aux Etats Unis peut etre?” et puis “non non pas les Etats Unis, l’Australie, oui c’est un vieux reve que j’avais abandoner et apprendre l’anglais aussi”.

Et me voilà partie dans cette nouvelle aventure avec tous mes doutes  comme “ça ne sert à rien, mais qu’est ce que tu es train de faire, mais ça va pas la tete, tu ne va pas y arriver ecc…”

Cela n’a pas étè facile, mon mental erigeait tout les murs possible et inimaginable pour me protéger.

AUSTRALIE :

Alors un matin devant mon ordi je décide de faire une recherche sur Google mais en français. Et il m’apparait une école australienne à Noosa.

Je mets 3 jours à appeler le numero de Milan. Je tombe sur un jeune homme fantastique! Enthousiaste de mes choix. Ouah ! je ne pouvais pas y croire. J’ètais super coincée dans moi meme.

J’ai mis encore une semaine à le rappeler et 15 jours à le payer.

J’avais peur et je me disais “Béatrice tu es complètement folle!”

Mais heureusement que rien plus ne fonctionnait dans ma vie parce que je ne serais jamais partie pendant 3 mois. Aujourd’hui je comprends ça.

Et puis au bout de 2 mois et demi j’ai rencontré un homme formidable qui me convient très bien

Je suis retournée en Australie au bout de 2 mois et la troisième fois  au bout de 5 mois.

J’ai mis en premier l’amour de ma vie et cela m’aide aujourd’hui à faire de nouveau pas.

Je pense à installer mon activitè en Australie

Et comme on dit, dans les grands romans…à suivre….

Mais en attendant la suite, je conseille de télèdécharger mon E Book gratuitement en cliquant directement sur l’image

Continue à me suivre sur mon blog pour savoir la suite, parce que oui, cela en vaut vraiment la peine!

Béatrice Petitdemange

Répondre à Anonyme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *